Dossier

OctoGônes 2021 part 2

Nous nous étions arrêtés en tirant un voile pudique sur l’extrême sensualité de mon couché du vendredi soir (insérer ici n’importe quel morceau de Barry White pour l’ambiance)… Nous voici donc samedi matin, après une nuit délectable, sans enfants me réveillant toutes les heures et demies pour aller aux toilettes, faire un câlin, leur masser les jambes ou encore mieux dernièrement, leur gratter le dos 😮
Hélas, trois fois hélas, le rythme étant pris, je me serai tout de même réveillé quinze fois, faisant à chacune le constat que « non, c’est bon, rien à signaler ».
Fort d’une douche et d’un petit déj, j’étais prêt à attaquer…

Haaa, Barry Barry Barry…

Samedi 02 octobre

L’événement du matin était pour moi la conférence sur les univers de bd et le jeu de rôle, notemment parceque j’adore le travail d’Emmanuel Roudier¹ dans ces deux domaines et qu’il était l’un des intervenants de la conférence animée par Henri Bendelac² au côté de Josselin Grange³. Je m’étais fixé pour mission d’enregistrer la dite conférence à l’aide de mon fidèle Zoom Q2n, qui me sert principalement à enregistrer des morceaux de guitare folk dans ma cuisine quand les enfants sont à la sieste. Fier de moi, j’avais même pensé à m’équiper d’un pied de micro afin d’obtenir une image stable…youhou.

Le coquin n’avait pas fini de me jouer des tours !

Arrivé dans la salle, je me dit que finalement il sera tout aussi bien sur la table de conférence, à côté du vidéo projecteur servant à imager les propos des intervenants… Allé, installation, vérification des piles et hop, enregistrement. Le sujet était bon, les intervenants de qualité et c’est au bout d’une bonne heure que je regardai à nouveau mon enregistreur pour faire l’odieux constat qu’il ne tournait plus, gourmand de piles à la limite du déraisonnable qu’il était. Damned… Le journalisme total attendrait, il fallait encore que j’engrange des pex.

C’est donc légèrement contrarié que j’ai repris le cours normal du salon, et quoi de mieux pour se remonter le moral qu’aller faire la causette sur le stand de Pattern Recog Éditions⁴, avec les sémillants Jean Christophe Cubertafon⁵ et Jack Machillot⁶ (mention très bien pour le look du masque), aka : le gang des tatoués.

Pour l’occasion d’OctoGônes ils nous avaient donc préparé une version imprimée (et allégée… 56 pages contre 240 version électronique) du kit de découverte de Defiant⁷, un jeu polonais dont ils financent actuellement le livre de base en vf sur Kickstarter, et qui promet beaucoup.

Defiant c’est bon mangez-en !

Je vous encourage éhontément à aller jeter un oeil sur le projet, surtout si vous êtes (c’est un peu réducteur, mais soyons fou) revenu du World of Darkness⁸ tout en gardant une nostalgie des intrigues politiques de créatures surnaturelles en position de pouvoir. Je reviendrai sur le kit dans un article à part entière, il mérite bien ça.
Bien sûr, Hypertelluriens⁹ (😍) trônait fièrement et n’aura pas manqué de capter l’attention de pas mal de monde au cours des trois jours, avec son rétrofuturisme flashy et rafraîchissant.

Pattern Recog Éditions

Le retour de la migraine aidant, je décidai qu’il était temps d’aller prendre l’air et de m’installer en terrasse pour un burger, avant le coup de bourre de midi (les places pour manger sont étrangement chères en période de convention) et fut vite rejoint par un Vieux Geeks laminé par sa nuit sur un matelas gonflable (enfin… surtout dégonflable…). Alors que nous devisions de sujets philosophiques d’une profondeur insondable (« Bon, qu’est-ce qu’on mange, Highway to Ale ou Pork’n Roll ? »), mon téléphone m’informa qu’un très bon ami (et ancien colocataire) vivant aujourd’hui à Lyon viendrait faire un tour en début d’après-midi, celui-là même qui me fit découvrir le Jdr étant ado par le biais de cet excellent jeu d’initiation qu’est toujours Kult¹⁰ (à l’epoque chez Ludis¹¹) 😃

Petite pause à la chambre d’hôtel histoire de grapiller 15 minutes de calme (ainsi que prendre un Nurofen) et nous voilà repartis pour le Double Mixte. En bon agent du chaos, j’ai retrouvé mon ami et un de ses collègues avant de les diriger l’air de pas y toucher, vers les stands de Pattern Recog (donnez leurs des sous ! Je rêve de voir arriver Troïka¹² en français), Obéha¹³, Sethmes¹⁴ et De Architecturart¹⁵.

C’est la tête dans le sac (si tant est qu’un sac puisse avoir une forme d’éteau et comprimer le crâne d’un pauvre rôliste) et dans un état vaguement second que j’ai déambulé une bonne partie de l’après-midi de dédicaces en dédicaces en essayant tout du long de mettre la main sur le Vieux Geeks pour récupérer mon exemplaire de La Grande Aventure du Jdr¹⁶ à faire signer par Julien Pirou¹⁷.

La Grande Aventure du Jeu de Rôle

Première escale, Imperium 5¹⁸ pour déposer mon exemplaire à la très talentueuse Fanny Liabeuf alias Naïky¹⁹, arrivée le matin même pour une petite gribouille.

S’ensuivit l’attente devant le stand BBE²⁰ pour faire décorer mon exemplaire de Würm²¹ par son auteur Emmanuel Roudier, qui m’a gratifié d’un superbe Smilodon rugissant 😍.

L’attente fut l’occasion de saluer Hagaen, avec qui j’échangeais sur Messenger depuis quelque temps (et qui a également eu son lot de mésaventures automobile à Lyon, coeur avec les doigts) et de surveiller si j’entrapercevais monsieur Gulix²² pour récupérer un exemplaire de Face aux Titans (hélas en vain). Mon précieux en main, je fis un crochet par ce piège à amoureux de beaux livres qu’est le stand de L’Atelier du Grymoire²³ où je pris le temps de discuter un peu avec Steve Servas entre autre choses d’une reliure plein cuir de Du Voyage et des Voyageurs²⁴ pour Rêve de Dragon²⁵ (qui me fait languir depuis un petit moment), ainsi que du gage de qualité que représentait la mention « relié au Portugal », à la grande époque de Multisim²⁶ et que beaucoup de rôlistes avaient appris à redouter de voir mentionnée en fin d’ouvrage.

C’est peu après, alors que les brumes de mon cerveau commençaient à s’éclaircir un peu que je fus enchanté de me renseigner un peu sur Sapa Inca²⁷ directement auprès de Nurthor Le Noir²⁸ (co-auteur avec Eric Dubourg²⁹), à venir prochainement chez Odonata Éditions. Toujours un peu gazé, je fus alors agrippé pour un selfie avec Nurthor, et réalisai soudainement ce que Christophe Lambert avait dû ressentir face au Kurgan, tant je me fis l’effet d’une brindille (de tout de même 90 kilos) entre ses pattes 😃.

Solide la brindille, mais brindilleuse tout de même

L’après-midi touchait sur sa fin et l’inévitable burger du soir se profilait dangereusement à l’horizon lorsque je retrouvai un Vieux Geeks en pleine discution avec Eric Blaise³⁰ à « l’espace fumeurs »… Tel le bulot moyen, je m’incrustai dans la conversation et c’est après une bonne quarantaine de minutes à évoquer des sujets aussi variés que les plateformes propres à la diffusion du jdr, les débats stériles autour de la sécurité émotionnelle (et de là, les haters en tout genre, qu’ils soient « pro » ou « anti »), l’osr, l’avalanche des sorties de jeux… Bref, Éric est très sympa et intéressant, mais vous l’aurez compris, au moins aussi bavard que Vieux Geeks 😜

Ce fut donc avec pas mal de matière à réflexion que nous partîmes à l’auberge du coin nous repaître de bidoche marinée à la bière et des inévitables frites l’accompagnant élégamment.
Et là, alors que je tendais innocemment mon pass sanitaire à l’hôtesse d’accueil du Ninkasi, paf je suis alpagué par Guillaume de Barbus Inc³¹ qui me fait aimablement remarquer que j’avais une partie de Spire³² au programme de la journée 😱😱😱… je dis bien « j’avais », puisqu’elle fut totalement occultée de mon esprit, jusqu’à ce douloureux rappel de mon impardonnable inconsistance… Je me confondis en excuses (pendant que le Vieux Geeks se marrait, pas du tout discrètement, dans sa barbe) à transmettre à Seb (l’autre Barbu qui animait la partie de l’après-midi), frappé de plein fouet par deux choses :

1 : Je déteste coller des lapins à des gens, c’est d’une rudesse sans nom et ma maman n’aurait pas été fière de moi sur ce coup là.

2 : J’avais raté une partie d’un jeu que j’adore (je suis fan du boulot de Grant Howitt³³ depuis le premier financement de Unbound³⁴) et allais devoir me résoudre à n’en voir que le côté Maître de jeu pour les années à venir 🥺😢😭… une fois de plus…

En bon adepte des attaques d’opportunités, je profitai tout de même de l’occasion pour glisser à l’oreille de Guillaume qu’ils devraient bien, son compère et lui, contacter Marion Hamard Vasnier de la chaîne Suck My Dice³⁵ afin qu’elle envisage de traiter de Spire, comme elle sait si bien le faire (cette idée ne me lâche pas depuis que j’ai vu sa vidéo sur Pax Elfica³⁶) et que je serais positivement ravi de mener un entretien avec les Barbus très prochainement au sujet de leur jeux, de leur ligne éditoriale ainsi que du jdr en général.
Pof, d’une pierre deux couilles.

Et c’est donc à 20h tout pile, encore confu mais repu, que je regagnai la chambre d’hôtel en quête d’un repos pas forcément bien mérité, mais au moins très attendu, dans l’espoir de tirer enfin un trait sur mon mal de casque, avant d’attaquer la matinée du dimanche et le trajet retour vers ma campagne.

Rideau… Affaire à suivre…

Vécu et Rédigé par David Barthélémy

Notes et Références :

¹ Emmanuel Roudier
² Henri Bendelac : Président de la FAJIRA
³ Josselin Grange
Pattern Recog Edition
Jean Christophe Cubertafon
Jack Machillot
Defiant
Word of Darkness
Hypertelluriens
¹⁰ Kult
¹¹ Ludis
¹² Troïka
¹³ Obéha Editions
¹⁴ Sethmes Editions
¹⁵ De Architecturart
¹⁶ La Grande Aventure du Jeu de Rôle
¹⁷ Julien Pirou
¹⁸ Imperium 5
¹⁹ Fanny Liabeuf
²⁰ BBE
²¹ Würm
²² Gulix
²³ Reliures et Grymoires
²⁴ Du voyage et des voyageurs
²⁵ Rêve de Dragon
²⁶ Multisim
²⁷ Sapa Inca
²⁸ Nurthor le Noir
²⁹ Eric Dubourg
³⁰ Eric Blaise
³¹ Barbus Inc
³² Spire
³³ Grant Howitt
³⁴ Unbound
³⁵ Suck my Dice
³⁶ Pax Elfica

Laisser un commentaire